TATSUKI

Tatsuki


Tatsuki découvre la culture japonaise et le dessin alors qu’elle est toute petite et ne s’en défera plus. Son amour pour ces derniers vont la pousser à se tourner vers les mangas, bon compromis entre ses deux passions. Les sentiments que lui procurent mangas et animés grandissants à mesure qu’elle mûrit, elle se met alors à dessiner frénétiquement pour partager aux autre les émotions qu’elle a ressenti et se fixe à cet époque son but ultime : permettre de faire rêver les gens au travers de films d’animation 2D ce dans quoi elle retrouve un certain charme.

Même si le manque de confiance est certainement son plus gros problème, elle est loin d’être seule dans son quotidien et fait partie d’une communauté d’artistes qui échangent beaucoup. De plus elle a appris le dessin par elle-même en réalisant une série conséquente d’original characters avec pas moins de trente-deux personnages parmi lesquels on retrouve déjà une certaine Écho et une certaine Murmure ! Mais Tatsuki ne se considère néanmoins pas comme une personne populaire malgré tout son travail, elle continue, par ailleurs, de parfaire ses compétences puisqu’elle est rentrée récemment dans une école préparatoire en arts appliqués.

Elle découvre Alys sur le site Vocaloid.fr et c’est finalement Axelle qui vient à sa rencontre, avec le temps elles finissent par s’associer pour créer Avenir d’abord. Tatsuki collabore avec la parolière Lachesis pour produire une réécriture de la Petite Sirène qui critiquerait et dépasserait les clichés féminins modernes. Puis plus tard, après avoir écouté la musique et les paroles de la deuxième chanson 『始め に』 – Hajime ni (Au commencement)., elle est inspirée par l’aspect « muse » qui se dégage d’Alys et crée à la fois l’allégorie des artistes avec ユーザー (Yuuzaa) – Utilisateur et celle de l’inspiration qui touche les créateurs que l’on retrouve dans notre chanteuse virtuelle. Et enfin, grâce à Jess, ses dessins sont transformés en une petite animation.


 

Naissance de l’artiste

– Quand as-tu commencé le dessin et pourquoi ?

10300881_324145354426179_6550463319317903948_n– Je dessine depuis que je suis toute petite ! J’ai grandi dans la culture manga/animation (Nicky Larson, c’était mon poto plz-). J’ai toujours été attirée par le dessin, l’idée de créer des choses soi-même, venant du plus profond de notre kokoro, comme un prolongement de notre propre personne ! Et le manga, notamment Naruto avec lequel j’ai commencé à dessiner du manga, est devenu rapidement le support sur lequel je voulais m’exprimer, celui que j’affectionnais le plus ! Ensuite, j’ai réellement commencé le dessin (c’est-à-dire plusieurs fois par jour, j’allais dans les 40-50h/semaine dans mes débuts) en troisième avec la découverte de la tablette graphique! Ma passion pour les mangas/animes s’était enflammée depuis quelques années. Ce qu’on peut ressentir devant des choses aussi prenantes…on se retrouve des rires aux larmes, de la peur au soulagement, de la curiosité à la frustration, tout ! c’est juste magique ! Et c’est là que je me suis fixé mon but ultime : faire rêver les gens comme tous ces gens me font rêver (vers l’infini et au-delà).

– Quel est ton rapport avec la culture japonaise en dehors des mangas ? (Société, voyage etc.)

– En dehors des mangas, je dirais toutes ses «contradictions». C’est un pays d’émerveillement si je puis dire. Quand on pense avoir vu un côté, l’autre est totalement différent. Rien que la culture traditionnelle et la culture pop sont deux opposés. C’est comme si on soulevait une pierre et qu’on regardait de l’autre côté, il y a un monde divergent. On y trouve de tout ! J’aime beaucoup leur tradition culturelle que je trouve très poétique, les paysages là-bas sont époustouflants ! Le côté gadget/électronique me captive. A quand l’immersion totale à la S.A.O ? Je me suis promis d’y aller au moins une fois dans ma vie, faites que ça arrive rapidement ! Mais évidemment tout n’est pas rose là-bas, s’il y a là-bas les plus belles qualités je pense qu’ils collectionnent aussi de beaux défauts.

– Quelles ont pu être tes difficultés à tes débuts ou encore aujourd’hui ?

– Hum hum…Le manque de confiance en soit est un sacré boulet qui s’accroche à ta jambe et qui te dis : « hey hey~ je suis lààà °//3//° » même si j’essaie de l’ignorer son poids est toujours là. Mais bon, c’est une « pathologie » très rependue parmi les artistes amateurs et pro. On se fera une séance de psychologie de groupe un de ces jours ! Ça pourrait être sympa ‘3’~ Le tout c’est de ne rien lâcher !

– C’est vrai que le manque de confiance revient souvent chez les artistes mais j’imagine que c’est un milieu où on est plutôt seul et qu’on a finalement que soi-même pour avis? D’ailleurs as-tu fait une école d’art ? Ou bien es-tu autodidacte ?

– Non, non, pas du tout, au contraire ! Enfin au début si j’étais dans mon coin puis après j’ai rencontré d’autres dessinateurs. On échange beaucoup entre nous ! De ce fait, on se donne nos avis et nos conseils ! J’étais autodidacte jusqu’à cette année. Je suis actuellement en prépa’ dans une école d’arts appliqués.

Développement de l’artiste

 

– Justement j’aimerais que tu développes qui sont ces gens (tu peux donner des noms d’artistes) et est-ce qu’ils t’inspirent ? As-tu des inspirations plus célèbres ? (Peintre, dessinateur etc.)

foa_by_t_a_t_s_u_k_i-d5k9law– J’ai malheureusement une culture à pleurer des grands artistes de la peinture ou autre. Pour ne pas citer Miyazaki, Takahata et le fanclub Ghibli dans la catégorie animation, je crierais tout d’abord sur tous les toits Puella Magi Madoka Magica que je considère depuis le troisième film comme la plus belle oeuvre d’art d’animation de tous les temps. C’est véritablement ça que je veux réussir à faire ! (et que je n’arriverai pas, la complexité scénaristico-symboliquo-socio-psycologique un « peu » malsaine sur les bords est d’un trop haut niveau, c’est limite divin là.) En passant par des films tels que Ghost in the shell, Perfect blue et j’en passe- on va éviter la liste qui n’en fini pas. Côté manga c’est Jun Mochizuki qui arrive en tête avec Pandora Hearts. Toute la sphère artistique Vocaloid. Côté artiste Banpai Akira, Yuumei, Rella, Shilin et autres sont ceux qui m’inspirent… «bo-boumbo-boum bo-boum» Les univers un peu psychologiques, tirés par les cheveux avec un peu (beaucoup) de tourment… -la philosophie ne me fait pas peur- j’aime. Après j’aime beaucoup de choses comme les univers plus doux et nostalgiques par exemple.

– J’adore aussi par dessus tout les mangas qui font réfléchir et Ghost in the shell est juste excellentissime! Quelles dessins en dehors d’Alys ont pu faire ta popularité ? Et peux-tu nous proposer des dessins ?

– Oui je suis tout à fait d’accord ! Il faudrait que je le rerereregarde je l’ai vu il y a bien trop longtemps maintenant ! (J’ai oublié Poison City qui traite très bien, du coup, d’un thème auquel je suis sensibilisée : la censure) Ma popularité, il faut déjà en avoir une pour en parler *PAN* Je réfléchis tout de même à la question… hun… Je ne pense pas en avoir en réserve, désolée !

 

 Alys Projet

c_etait_il_y_a_un_an_by_t_a_t_s_u_k_i-d8l6zqg– Comment as-tu découvert Alys ?

– J’ai découvert Alys en suivant les nouveautés Vocaloid ! (puisqu’elle était initialement prévue sur ce logiciel) C’est VoxWave qui, par le biais d’Axelle alias TBK, est venu me proposer une collaboration pour voir si j’étais intéressée ! (C’était la fête !)

– Qu’est-ce qui t’a inspiré les dessins de Hajime ni ?

– Ce qui m’a inspiré….La musique ! J’ai écouté la musique avec les paroles avant de m’attaquer au clip. Avec les traductions sous le coude c’est l’esprit “muse” qui m’a orienté vers ce design !

Hajime%2520Ni– Comment la création de Hajime ni s’est-elle déroulée ?

– J’ai écouté la musique avec les paroles avant de commencer le clip. Avec les traductions sous le coude c’est l’esprit « muse » qui m’a orientée vers ce design ! Complètement différente d’Avenir, l’atmosphère ici se voulait plus douce. La mise en scène change du tout au tout, il y a plus de dessins et j’ai tenté pour la première fois de l’animation 2D ! Le montage vidéo n’était pas simple et Jess, celle qui s’en occupait, a très bien relevé le défi ! C’était long, très long mais je me suis donnée à fond et je me suis éclatée !

– Mêmes questions pour Avenir ?

– Là aussi j’avais eu la musique et les paroles avant de m’attaquer au clip ! Avec Lachesis on est parti sur la base d’une réinterprétation du conte la Petite Sirène, version Disney, pour créer une satyre sur certains stéréotypes qui visent la gent féminine. Je suis donc partie sur un univers sombre, aquatique, oppressant où les trois Alys représentent le chemin jusqu’à l’émancipation des préjugés !

– Et donc as-tu d’autres projets sur le court terme en rapport, ou non, avec Alys ?

– S’ils veulent toujours de moi j’aimerai beaucoup pouvoir continuer l’aventure avec Alys jusqu’à ce que mort s’en suive ! J’ai également des projets personnels que j’ai depuis longtemps et qui me tiennent beaucoup à cœur soit sous forme de manga soit sous forme de film d’animation, c’est beau de rêver.

– Enfin quelles sont tes ambitions pour l’avenir ?

– Mes ambitions…comme je l’avais dis c’est de faire rêver les gens ! Et si possible à travers des films d’animation 2D ! L’animation 2D a ce charme particulier que je ne retrouve pas vraiment dans la 3D même si celle ci deviens de plus en plus impressionnante !

0 Commentaires

Laisser une réponse

CONTACT

Nous vous répondrons le plus rapidement possible !

En cours d’envoi

©2017 Alys Connexion tout droits réservés Header by Arits Team

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?