LIGHTNING


Jeune Réunionnais sur le point de faire ses débuts dans les bacs japonais, Lightning a démarré son parcours lorsqu’il était enfant alors qu’il s’imprégnait, sans s’en rendre compte, de la culture nippone. Il a baigné dedans au travers des animés et de la musique jusqu’à l’adolescence où il a le déclic grâce à un groupe de Visual Kei : X Japan. C’est à ce moment qu’il sait qu’il sera musicien.

Lightning commence par prendre des cours de guitare puis continue à en jouer seul et finalement se lance dans différents groupes de musique Métal sous le nom de Shadow. Il se résout par la suite à changer d’horizon et de pseudonyme en partant de l’île de la Réunion avec le directeur artistique qui l’a repéré. Il fait pendant ses voyages la rencontre de ses futurs collaborateurs qui influenceront la suite de sa carrière dont la société KiraKira-Record qui prend contact avec lui et le labellise.

Parmi les nouvelles connaissances de Lightning se trouvent un des membre de VoxWave, Joffrey, qu’il a découvert par un ami commun. Après avoir partagé leurs projets respectifs, les essais musicaux de l’artiste plaisent à Joffrey qui lui propose de travailler ensemble. Puisque Lightning était très inspiré par la voix d’Alys qu’il avait entendu auparavant, il crée la musique Sous cette pluie en ayant déjà l’idée du morceau en tête et délivre une musique puissante et émotionnelle.


 

NAISSANCE DE L’ARTISTE

 

– Quand as-tu commencé la musique et pour quelle(s) raison(s) ?

– Il y a dix ans, quand j’avais quatorze ans, j’ai découvert X Japan  (http://www.xjapanmusic.com/), le groupe fondateur du Visual Kei, et ça a été une vraie révélation pour moi. J’ai eu un déclic et j ai su que c’est que je ferai.

 

– Dans quels instruments te spécialises-tu ?

– Après mon déclic, j’ai commencé la guitare tout seul puis j’ai pris des cours avec un ami/professeur.

 

– Quel est ton style de musique ?

– Quand j’ai pris des cours, je suis passé par un peu tout : Blues, Jazz, Rock occidental, musiques à influence Rock. Je ne veux pas imiter ce qui se fait au Japon mais rester authentique, ce ne sont que des inspirations.

 

– As-tu fait une école de musique ou es-tu autodidacte ?

– J’ai appris pendant deux ans avec un professeur particulier qui venait à la maison et ensuite j’ai continué en autodidacte. Je ne pense pas qu’un musicien devient “accompli”, il aura toujours quelque chose à apprendre. Je n’ai jamais été trop attiré par les écoles de musique qui sont codifiées, on n’y apprend que les carcans, les classiques mais moi ce qui m’intéresse c’est la mélodie et le feeling dans la musique.

 

– Quel avenir pour ta musique ?

– J’ai été labellisé il y a un mois et demi chez KiraKira-Record (http://www.kirakira-record.com/), mon premier album sortira le 21 Septembre il est déjà en pré-commande sur Amazon. (Lien en fin d’article) http://www.lightningofficial.com/

 

– Quels ont pu être et quels sont les problèmes rencontrés dans ton parcours ?

– Il y a plusieurs chalenges, quand on vient de l’île de la Réunion on est un peu éloigné de tout, on est loin des États-Unis, du Japon etc. Il n’y a pas grand monde qui connaît l’univers Visual Kei, il n’y a pas de contact internationaux. Il faut que les gens acceptent mon look un peu différent, mais plus ils me trouvaient étrange plus je voulais l’amplifier comme pour leur répondre qu’il avait tort. Tout ça me donne beaucoup de force pour avancer et comme j’aime bien les chalenges, ça me donne du carburant pour avancer et plus de plaisir dans la réussite.

 

– Quel est ton rapport avec la culture japonaise?

– J’ai la passion du japon depuis tout petit, je ne sais pas vraiment comment l’expliquer. Je l’ai sûrement eu au travers des premiers animés comme Dragon Ball Z ou Les Chevaliers du Zodiac et puis inconsciemment les musiques des animés restaient dans ma tête. J’ai développé un fort engouement pour le Japon. Ce que ce pays laisse transparaître : c’est que tout est possible. Il y a là-bas une ouverture incroyable, un côté très moderne, futuriste et à la fois très ancré dans les traditions. Sans parler des mangas, des jeux vidéo etc.

 

DÉVELOPPEMENT DE L’ARTISTE

 

– Quels sont tes liens avec le Japon ?

– Je n’ai pas encore eu la chance d’aller au Japon. KiraKira-Record y est mon contact le plus important mais je suis également en relation avec une fabrique de pédale pour guitare Free The Tone (http://www.freethetone.com/), sinon j’ai quelques échanges de mails avec différentes sociétés.

 

– Quelles sont tes principales inspirations & influences ?

– Tout d’abord le Visual Kei avec X Japan que j’ai déjà dit mais j’aime aussi énormément :

– Luna sea (http://www.lunasea.jp/app-def/S-102/wp/)

– L’Arc~en~Ciel (https://www.larc-en-ciel.com/en/)

– Dir En Grey (http://direngrey.co.jp/)

– Gackt (https://www.gackt.com/page/LVL/)

– Miyavi (http://myv382tokyo.com/)

Ils sont ce que j’appelle la première génération, celle qui m’inspire le plus pour sa puissance créatrice. Il y a ensuite :

– The GazettE (http://www.pscompany.co.jp/gazette/)

– Nightmare (http://www.nightmare-web.com/pc/)

Je les considère comme la deuxième génération et la troisième génération est faite de groupes que je n’écoute pas.

 

– Comment qualifierais-tu ta musique en deux trois mots ?

– Ma musique c’est du Rock influencé par le Japon avec des sonorités Electro mais j’ai aussi fait une chanson bonus dans mon disque, une ballade, pour montrer que je fais autre chose que du Rock.

 

– Quels ont été tes premiers projets, ceux qui auraient pu te faire connaître ?

– Pour retracer un peu mon parcours, avant que je voyage hors de l’île de la Réunion, j’étais dans différents groupes de Métal, histoire de faire un peu de scène. En 2013 j ai eu l’occasion de rencontrer un directeur artistique pour me développer, on est parti aux U.S.A, en Amérique du Sud et parallèlement on m’a invité pour travailler sur l’album d’un artiste appelé Daniel Facèrias, à l’époque il faisait de la musique pour Daniel Balavoine ou Jean-Jacques Goldman entre autres. C’est là que j’ai fait la rencontre de mon futur ingénieur du son Steve Prestage, qui a travaillé notamment avec Gary Moore, Pierre Gabriel, Johnny Hallyday, Céline Dion, et qui a mixé mon album. J’ai entendu parlé de Joffrey à Paris grâce à un ami qu’on avait en commun puis je suis rentré à la Réunion, je lui ai envoyé une maquette qui lui a plu et après avoir terminé la partie musicale avec lui, j ai commencé à enregistrer mon album.

 

– As-tu déjà participé à des collaborations ? Et à des concours ?

– J’ai fait une collaboration avec Daniel Facèrias qui m’avait demandé de faire une partie guitare sur une de ses compositions, c’était ma première vraie collaboration en tant que Lightning et non, je n’ai participé à aucun concours.

 

– Pourquoi le pseudo de “Lightning” ?

– Il y a un an, un an et demi, j’étais dans un groupe qui avait beaucoup tourné dans l’île de la Réunion et j’étais très gothique, on m’avait surnommé Shadow dans la bande. Quand j’ai quitté l’île de la Réunion j’ai voulu devenir le vrai moi en devenant l’inverse, c’est-à-dire Lightning. Car si l’île s’appelle “La Réunion” et qu’il y existe une très grande mixité, les différences ont du mal à être acceptées, la communauté est très traditionaliste et c’est ce qui m’a permis de me concentrer sur moi pour en arriver là où j’en suis.

 

– Que penses-tu faire à l’avenir ?

– Daniel Facérias veut m’engager comme guitariste dans ses tournées, je connaitrais le calendrier d’ici Septembre. Je vais aussi aller faire des tournées au Japon où je débarquerai pour la toute première fois, KiraKira-Record s’occupe de ma promotion et j’ai déjà pas mal de japonais qui me suivent sur Twitter.

 

ALYS PROJECT

 

– Comment as-tu découvert Alys ?

– Quand j’étais à Paris, Facérias a un ami Philippe Nikolov qui est un ami de Joffrey, je devais travailler avec lui, il a voulu me présenter à Joffrey et il m’a dit de lui envoyer mes compo, j’ai de suite pris contact avec Joffrey et le projet m’a vraiment plu, j’ai trouvé le projet super. j’ai découvert Alys au mois de mars et ensuite je lui ai envoyé un mail pour qu’on s’organise une réunion.

 

– Comment es-tu rentré dans le projet de l’album ?

– À l’époque j’avais une petite maquette sur laquelle j’étais avec la chanteuse Chloé Méau qui m’accompagnait au chant, je l’ai montrée à Joffrey et ça leur à plu à lui et à Axelle.

 

– Comment s’est déroulé la création de Sous cette pluie ?

– Avec VoxWave je n’ai que de bonnes approches, j’ai créé toutes les prises de son dans mon home-studio ensuite, une fois fait, c’est parti d’abord à Axelle pour les paroles, elle a fait un bon travail, je suis très pointilleux et je l’ai faite recommencer de nombreuses fois, j’étais énervant car je suis perfectionniste mais elle était indulgente et ne s’est jamais plainte, je ne voulais pas qu’Alys ressemble à une caricature. Je ne voulais pas que ça rende cul-cul parce qu’une chanson en langue française peut le devenir très vite et Axelle l’a bien compris. Puis ça a été envoyé à Drak-pa qui a fait la programmation vocale d’Alys et il se trouve que j’ai eu la chance de faire le morceau où la voix d’Alys est la plus aboutie, on la comprend sans sous-titre et ça c’est génial. Enfin Tai Shindehai l’a reçu, a remixé le tout puis effectué le mastering.

 

– Quel est ton ressenti sur cette chanson ?

– La musique est à la fois puissante et sentimentale et c’est ce qui fait la force du Rock. Avec Sous cette pluie, elle arrive à se démarquer et à développer de nouvelles choses, elle fait plus mature, donne plus de force vocale et elle est plus mélodique. Elle peut te prendre et t’emmener dans différentes phases émotionnelles, chacun peut ressentir la chanson comme il veut.

 

– Qu’est ce qui t’a inspiré pour la chanson ?

– Bonne question, je n’ai pas de choses qui m’inspirent, je suis toujours en train d’écrire un truc et dès que j’ai quelque chose, je prends ma guitare et je compose. Rien qu’en entendant parler d’Alys, le morceau est tombé tout de suite entre mes mains, comme si tout était déjà là, Alys m’a servi de muse.

 

– As-tu déjà d’autres projets avec Alys ou souhaiterais-tu de collaborer avec eux ?

– Une surprise est à venir au mois de Septembre avec Alys. J’ai l’impression de faire partie de la famille VoxWave donc il n’y a pas vraiment à se poser la question. On s’entraide, on travaille constamment ensemble sans s’en rendre compte donc oui j’aimerais beaucoup rester avec eux et les accompagner jusqu’au bout de leur aventure, j’aime beaucoup VoxWave et le projet Alys.

 

L’album Break the cage de Lightning en pré-vente Amazon : http://www.amazon.co.jp/gp/switch-language/product/B012RDLTPC/ref=dp_change_lang?ie=UTF8&language=en_JP

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

CONTACT

Nous vous répondrons le plus rapidement possible !

En cours d’envoi

©2017 Alys Connexion tout droits réservés Header by Arits Team

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account